Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

La Bibliothèque Sembène Ousmane de Yoff doit être élevée à la Dimension Nationale

Posté par: Youssou GNINGUE| Samedi 09 juin, 2012 20:34  | Consulté 8124 fois  |  7 Réactions  |   

Cinquième anniversaire du décès  de Sembène Ousmane

Le film de la vie de Sembène Ousmane

   

Sembene Ousmane est né le 1 janvier 1923 à Ziguinchor.

Décédé le 9 juin 2007

Autodidacte, écrivain et cinéaste très engagé

Livres, Romans (L’écrivain)

Le docker noir  publié en 1956. 

Ô pays, mon beau peuple  publié en 1957.

Les bouts de bois de Dieu   publié en 1960.

Voltaïque   publié en 1962

L’Harmattan  publié en 1964

Le Mandat publié en 1965

Vehi-Ciosane publié en 1966

Xala  publié en 1973

Le Dernier de l’Empire  publié en 1981

Niiwam  publié en 1986

Taaw  publié en 1987

 

Courts métrages (Le cinéaste)

Borom Sarrett. (1963)  Sembene dépeint la journée d’un transporteur.

L’Empire Songhay. (1963)  

Niaye. (1964). Histoire d’un chef de village ayant eu un enfant avec la fille de son griot.

Premier prix en 1965 au Festival international du film de Locarno (Suisse)

Longs métrages (Le cinéaste)

La Noire de... (1966)  Une jeune Sénégalaise amenée en France avec eux par ses patrons blancs ne supportant pas les humiliations, le paternalisme, l’exil se suicide préférant la mort à l’esclavage.

Prix Jean Vigo, le Tanit d’or aux Journées cinématographiques de Carthage (1966).

Prix de meilleur réalisateur africain au Festival mondial des Arts nègres tenu la même année à Dakar.

Le Mandat (1968).  Saisissante peinture de la société sénégalaise  des indépendances où tout le monde détourne.

Emitaï. (1971). Le courage et la résistance des femmes.

Taaw. (1970). L’ainée.

Xala. (1974). L’attitude d’une bourgeoisie noire qui imite tous les défauts des Blancs (corruption, arrogance et défaut de scrupule).

Ceddo. (1976). La résistance d’une communauté africaine à l’islamisation. 

Camp de Thiaroye (1988)  L’injustice faite aux tirailleurs  qui, après avoir activement participe à la libération la France de l’occupation nazie, se retrouvent démobilisés, sans décoration, ni reconnaissance et en récompense fusillés.

 

Guelwaar. (1992). L’aide internationale  cache à ses yeux une exploitation des richesses des pays du Sud par l’Occident.

 

L’héroïsme au quotidien : série de trois films

Faat Kiné (2000). 

 Moolaadé (2003), aborde le thème sensible de l’excision. Mais pour le cinéaste, c’est une œuvre qui défend la liberté d’expression des femmes ayant décidé de s’opposer à une tradition qu’elles jugent archaïque.

Prix du meilleur film étranger décerné par la critique américaine

 

Prix, un Certain Regard à Cannes

Prix spécial du jury au Festival international de Marrakech

Samory à paraitre et doit être réalisé par la future génération.

Avec cet œuvre gigantesque, Sembene Ousmane  mérite une bibliothèque digne de son nom. Dans ce sens, la Bibliothèque  Sembène Ousmane de Yoff doit être élevée à la Dimension Nationale.

En 1992, la population de Yoff n’a pas attendu qu’un de ses valeureux fils meurent pour lui dédier le nom de sa seule bibliothèque, Bibliothèque  Sembène Ousmane.

Diarama à la population de Yoff !

Il est temps que cette bibliothèque soit élevée pour acquérir toute sa dimension nationale. Et pourquoi pas Africaine ?

 L'auteur  Youssou GNINGUE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (7)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Yoffoif En Juin, 2012 (06:44 AM) 0 FansN°:1
La bibliotheque se trouve dans un espace trop restreint

La documentation existe mais elle doit etre mise a jour

L'espace pour une utilisation des NTICs n'existe pas

Yoff a le merite d'avoir honore Ousmane Sembene a travers le nom de la Bibliotheque. Mais Yoff ne peut pas beaucoup plus qu'il a fait. Le relais doit pris par l'Etat ....
Anonyme En Juin, 2012 (11:18 AM) 0 FansN°:2
MAADOU.Samba,ALASSAN,ADAMA,Big,dion.pierrot,et,autre...............yoffois,diarama....
Youssou Gningue En Juin, 2012 (06:46 AM) 0 FansN°:3
Le Senegal est bien en retard comparé au Burkina Faso par exemple, sur la valorisation et la "magnificence" de l'oeuvre et de l'homme Ousmane Sembene.
Bb En Juin, 2012 (15:52 PM) 0 FansN°:4
L'illutre Ousmane Sembene (yalla nako yalla khare aldiana) est l'un des auteurs les plus prolifiques du Sénégal.Et ses ouvrages méritent d'être promus auprès des jeunes.Une Bibliothèque de qualité serait un minimum pour honorer sa contribution colossale à la culture.

Yoff a, certes, bien fait en lui donnant le nom de sa bibliothèque mais il encore matière à amélioration. Et je pense que l'Apecsy et la Mairie de Yoff devraient faire quelque chose pour l'amélioration de la qualité de cette bibliothèque.

Les gérants de la Bibliothèque (Que je félicite pour leur implication) devraient oeuvrer en ce sens en faisant valoir leurs doleances financières auprès des organismes étatiques et privés (Mairie, Apecsy,Ministère de la Culture, Unesco, Donateurs privés, etc.)
Kirikou Kane En Juin, 2012 (17:55 PM) 0 FansN°:5
Yoff a pose les premiers jalons d'un acte de la valorisation de nos ICONES nationaux - africains. C'est une occasion one peut plus belle pour le nouveau ministre de la Culture et du Tourisme pour saisir la balle au rebond et faire des legs de nos valeureux fils une attraction touristique pour la destination SENEGAL. En plus de Sembene dont l'aura depasse nos frontieres, je veux faire allusion aussi a des geants comme Cheikh Anta Diop, tres respectes a l'exterieur, et dont peu de symbole rapelle la dimensionscientifique et intellectuelle de l'Homme qui a restaure au Noir sa dignite face aux assauts barbariques repetes de supremacistes blancs a travers le monde.
C'est tout ce que nous avons de valeureux, notre patriomoine culturelle y compris ces acteurs. C'est ce qui fait la force des Occidentaux, ils mettent en exergue, ce genre d'infrastructures culturelles et en fon une attraction. Nous qui en avons a redonner, les negligent pour ne pas dire les ranger au fond des tiroir. En agissant de la sorte nous contribuons consciemment ou inconsciemment aux efforts de falsification, et d'eradication de notre histoire, et notre culture, de la part des supremacistes.
Aline Sitoé Bocandé En Juin, 2012 (15:28 PM) 0 FansN°:6
Stop au raaye mboté séduction, les casamançais en ont marre de ce petit jeux, que seuls les français pratiquaint dans leur colonie. Une fois dans la tombe que les sénégalais élévent les casamançais.
Youssou Gningue En Juin, 2012 (08:36 AM)0 FansN°: 159855
Merci de votre contribution !

Vous avez peut être raison mais pas dans ce cas !
Ce paragraphe ci-dessous du texte le signifie clairement :

(En 1992, la population de Yoff n’a pas attendu qu’un de ses valeureux fils meurent pour lui dédier le nom de sa seule bibliothèque, Bibliothèque Sembène Ousmane. )

Yoff a honore Sembene non pas en tant que casamançais mais en tant que citoyen de leur Ville.

Je me rappelle son fils Alain Sembene venait souvent passer du bon temps chez nous.

Il existe un lien qui justifie ce texte, le lien de cohabitation

Ajouter un commentaire

 
 
Youssou GNINGUE
Blog crée le 19/03/2012 Visité 702830 fois 131 Articles 7711 Commentaires 58 Abonnés

Posts recents
LA VRAIE QUESTION
VERS UNE MONNAIE COMMUNE OUEST AFRICAINE
ALIOU SALL, EN YAKH ET EN YAPP
Belle leçon de Respect et de Sportivité
ET SI WADE SAVAIT
Commentaires recents
Les plus populaires
Salvy, DG de Dakar Dem Dikk, n’aurait jamais dû exister
Pas d’Amalgame dans l’Affaire Bethio
Aucune Responsabilité Africaine dans la Traite Transatlantique des Noirs
Rebaptiser le Stade LSS par le nom J.F. Bocandé
Pourquoi l’armée n’interviendrait pas ?