Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

LE PRETEXTE DU PRESIDENT SALL

Posté par: Youssou GNINGUE| Mardi 26 juin, 2018 09:06  | Consulté 224 fois  |  1 Réactions  |   

Quand il a été élu en 2012, le Président Macky Sall n’a pas voulu démissionner en tant que chef de parti de l’APR. Cette position, préalablement reprochée à son prédécesseur Président Abdoulaye Wade, était également une recommandation des Assises nationales. La démission du Président de la République  en tant que chef de parti est la base initiale et la condition sine qua none dans le processus d’application des Assises Nationales

Cette recommandation de neutralité du Président de la République lui permet de se mettre en position de Président de tous les Sénégalais et placer l’institution en tant que clé de voûte de toute la République.

Cette position de neutralité devrait permettre au Président de la République de mieux  veiller au respect de la Constitution et d’assurer le fonctionnement régulier des pouvoirs publics.

Cette position de neutralité devrait permettre au Président de la République de se départir de taches partisanes pour se concentrer principalement sur le devenir du pays. Ainsi il devient moins partisan et s’approche le plus au respect de l’adage africain;

                        Si tu ne peux être impartial, alors laisse le pouvoir aux justes

Cette position de neutralité devrait permettre au Président de la République d’utiliser le moins possible  le Palais pour des rencontres purement politiques de sa coalition et de son parti.

Cette position de neutralité devrait permettre au Président de la République de ne pas subir continuellement la pression des membres de son parti ou de sa coalition.

Cette position de neutralité devrait faciliter au Président de la République la sollicitation de toute l’expertise nationale.

Le nouveau Président Macky Sall avait  jugé que dans sa situation, qu’il ne pouvait pas démissionner de sa position de chef de parti car l’APR était très jeune et se situait dans un processus de construction.  C’est un véritable prétexte. Pour s’en convaincre, il suffit de considérer le cas de sa référence; le  nouveau Président Français. Macron a démissionné de sa position de chef suite à son élection en tant que Président de la République.  Et pourtant contrairement à Macky, Macron dirigeait un mouvement et non un parti.

On est démocrate ou on ne l’est pas. On a confiance à ses pairs ou n’a pas. C’est aussi simple que ça.

                      La justification du choix du Président a été un véritable prétexte

 

Dr  Gningue  Youssou, Chair, Mathematics and Computer Science Dep.,

Laurentian University, Ontario, Canada

 L'auteur  Youssou GNINGUE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (1)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Yoffois En Juin, 2018 (12:53 PM) 0 FansN°:1
Le Président a raison en disant que les Assises Nationales ne sont ni la Bible ni le Coran. Cependant cette règle de distance par rapport à son Parti est nécessaire pour assure les conditions de son impartialité.

Ajouter un commentaire

 
 
Youssou GNINGUE
Blog crée le 19/03/2012 Visité 784355 fois 236 Articles 15229 Commentaires 67 Abonnés

Posts recents
LA REVANCHE PAR LA REVOCATION
CONCURRENCE INTERNE ET SAUVAGE DANS LE MACKY-PARRAINAGE
APPROCHE STEM POUR UNE EDUCATION PLUS EFFICIENTE EN AFRIQUE
APPLICATIONS DU PARRAINAGE AUX PRECEDENTES PRESIDENTIELLES
LES VRAIS CANDIDATS SE SONT LANCÉS DANS LE PARRAINAGE
Commentaires recents
Les plus populaires
Salvy, DG de Dakar Dem Dikk, n’aurait jamais dû exister
Pas d’Amalgame dans l’Affaire Bethio
La Bibliothèque Sembène Ousmane de Yoff doit être élevée à la Dimension Nationale
Aucune Responsabilité Africaine dans la Traite Transatlantique des Noirs
Rebaptiser le Stade LSS par le nom J.F. Bocandé