Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Urgence de l’option fédérative en Afrique

Posté par: Youssou GNINGUE| Lundi 15 avril, 2013 01:35  | Consulté 2020 fois  |  8 Réactions  |   
 

En République Centrafricaine, la rébellion Séléka vient de prendre le pouvoir par la force. Durant la journée du lundi 25 mars 2013, son chef  Michel Djotodia a annoncé qu'il allait suspendre les institutions du pays ainsi que la Constitution du 27 novembre 2004, dissoudre l'Assemblée nationale en même temps que le gouvernement  et ensuite légiférer par ordonnances pendant trois ans. 

L'Union africaine a, en conséquence, suspendu la participation de la Centrafrique à l'organisation tout en imposant des sanctions contre sept responsables de cette coalition rebelle. Le Conseil de sécurité de l'ONU  ainsi que les grandes puissances comme les États-Unis ont condamné cette accession au pouvoir par la force sans toutefois exiger le retour aux commandes du président déchu, Bozizé.

Le sommet des chefs d'Etat de la CEEAC  vient d’ouvrir une voie de sortie inespérée à Djotodia qui a approuvé la mise en place du processus de transition découlant des propositions entérinées. Cette relative soumission devrait lui permettre d’imposer sa progressive et légitime autorité. De président autoproclamé, il devrait progressivement accéder au statut de président de transition et ainsi gagner une reconnaissance.

Djotodia a d’ailleurs abandonné le turban et la tenue de guerre au profit du costume et de la cravate. Décidemment, l'histoire est en train de se répéter en République Centrafricaine. Seuls les acteurs ont changé  de rôle. En effet, ce schéma similaire avait permis à Bozizé de se faire reconnaître en 2003 après avoir renversé le président Patassé.

Comment l’opinion internationale pourrait-elle refuser à D ce qu’elle a accepté à B ?

Cette leçon, bien apprise et enregistrée au sein de la République Démocratique du Congo où se réfugie Bozizé, risque d’y être récitée. Elle montre qu’il est encore possible d’accéder au pouvoir par la force et ensuite rendre légitime son autorité dictatoriale. Le conflit est en conséquence loin d’y  être terminé.

Au Mali, sans l’intervention de la France, le pays serait encore sous la division imposée par les rebelles. Pour l’instant, le Mali est en sursis car les rebelles n’attendent que le départ des forces françaises et africaines pour répéter la leçon.

La situation des conflits en Afrique est bien décrite par la métaphore tirée du livre, le contrat naturel, de Michel Serres :

«Un couple d’ennemis brandissant des bâtons se bat au beau milieu des sables mouvants. Attentifs aux tactiques de l’autre, chacun répond coup pour coup et réplique contre esquive. Hors le cadre du tableau, nous autres spectateurs observons la synthèse des gestes au cours du temps; quel magnifique –et banal- spectacle ! »

Chaque conflit au niveau de l’Afrique peut être décrit par cette bagarre. Les spectateurs sont constitués par le reste du monde. L’enlisement dans le sable mouvant schématise  l’appauvrissement du pays considéré voire de l’Afrique dans son entité. Pendant que certains spectateurs apprécient, d’autres profitent de l’enlisement des belligérants pour les déposséder de leurs richesses naturelles.

Dans sa description, M.  Serres ajoute ;

«A chaque moment un trou visqueux les avale, de sorte qu’ils s’enterrent ensemble graduellement. A quel rythme ? Cela dépend de leur agressivité ; à lutte plus chaude, mouvements plus vifs et sec, qui accélèrent l’enlisement. L’abime où ils se précipitent, les belligérants ne le devinent pas; au contraire de l’extérieur, nous le voyons bien. »

Certains  spectateurs, dans un sursaut de conscience, interviennent pour séparer les belligérants. Ils ne parviennent pas empêcher leurs enlisements mais provoquent des situations de répits qui retardent le processus.    

La vraie solution à tous ces conflits est dans la coopération des belligérants donc l’option fédérative. La fédération est la seule issue pour la survie de l’Afrique. En conséquence, sa mise en place est plus qu’urgente. Aujourd’hui, plus que jamais aujourd’hui, nous devons tous participer aux réveils des consciences afin qu’à l’horizon 2017 nos politiques n’aient plus aucun autre choix que de balancer leurs voies vers l’option des États-Unis d’Afrique.

Pr Youssou GNINGUE (UL, Directeur Dept. Math-Info, CANADA)

 L'auteur  Youssou GNINGUE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (8)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Youssou Gningue En Avril, 2013 (02:18 AM) 0 FansN°:1
Les deux attentats enregistrés aujourd’hui en Somalie ne font que renforcer notre point de vue. Ils ont malheureusement entrainé une quarantaine de victimes à Mogadiscio.
LE THIEDO En Avril, 2013 (01:01 AM) 0 FansN°:2
ANALYSE PERTINENTE!

A QUAND LA REPUBLIQUE FEDERALE DU SENEGAL ENTRE LE NORD ET LE SUD(CASAMANCE NATUELLE ET LE DJOLOFF ORIGINEL)!!!!!
Diop ndiaga En Avril, 2013 (22:01 PM)0 FansN°: 765406
le thiedo je doute fort que tu sois sénégalais. tu nous saul avec des idees à la con. nous sommes plus dans le senegal des royaumes. may niou thieep waay
Anonyme En Avril, 2013 (18:38 PM) 0 FansN°:3
Quand dans une court les chiens de gardes passent plus de temps à se battre entre eux, la hyène a la porte ouverte pour venir tuer le bétail.

L'Afrique est malade à cause de l'antagonisme qui existe entre ceux qui se disent leaders. On parle d'opposition, on parle de combat politique; sans se rendre compte que ces mots nous placent dans une réalité très destructrice. Parlons plus de type de société, de mode de vie, d'organisation économique

Le Fédéralisme est une excellente chose.
Commençons par faire de l'Afrique de l'Ouest un Etat Fédéral. Évitons de créer un fédéralisme continental qui serait ingérable parce que trop gros. Si chaque bloc économique Africain devient un Etat fédéral, on pourra mettre sur-pieds des organismes de coopération dans divers domaines même militaire.
Youssou Gningue En Avril, 2013 (19:46 PM)0 FansN°: 765255
Merci pour ton commentaire !

Je pense que nous sommes en parfait accord.

Le modèle que préconisons est celui des cercles concentriques que j’appelle processus pyramidale.

Création progressive des 5 États régionaux

- Afrique de l’Ouest
- Afrique du Nord
- Afrique de l’Est
- Afrique Centrale
- Afrique Australe

Ces 5 États régionaux vont créer l’État fédéral
Anonyme En Avril, 2013 (22:39 PM) 0 FansN°:4
Seul le fédéralisme sauvera l'Afrique. Mais comment voulez vous expliquer cela a nos dirigeants qui n'ont d'autres soucis que leurs prochains rendez vous électoraux? Comment le faire comprendre a notre jeunesse qui se croit être "citoyen du monde"? Tant que nous ne prendrons pas conscience de tout le chemin que notre continent a parcouru pour en arriver la, et que nous oublierons le leg de grands hommes comme Cheikh Anta, Mamadou Dia, Sankara, Lumumba et tant d'autres, tous nos efforts seront vains. Les africains doivent réapprendre qui ils sont et voir au dela de leurs frontières. L’intégration est un projet de longue haleine dont nous ne réalisons toujours pas les bénéfices.
Guy En Avril, 2013 (17:56 PM) 0 FansN°:5
on parle tjrs de panafricanisme depuis garvey, mais tjrs rien!!!!!!!! Il est temps que chacun prenne ses résponsabilités
Visus En Avril, 2013 (20:14 PM) 0 FansN°:6
Vous oubliez que c'est vous sénégalais, avec le français Senghor, qui avez assassiné la dernière fédération en Afrique celle du Mali. Car vous étiez et êtes trop français pour revenir à vos racines africaines. Cheick Anta Diop l'a dit en vain.....

Ajouter un commentaire

 
 
Youssou GNINGUE
Blog crée le 19/03/2012 Visité 672481 fois 119 Articles 6157 Commentaires 57 Abonnés

Posts recents
ERREUR DE REPARTITION DES DÉPUTÉS DE LA CEDEAO
JUSTICE ET IMPARTIALITE
RENDEZ-VOUS MANQUÉ EN VUE DES ÉTAS-UNIS D’AFRIQUE
DEFAITE DE TRUMP, SIGNE D’INDEPENDANCE DE LA JUSTICE
With the ban, how can you knockout ISIS ?
Commentaires recents
Les plus populaires
Salvy, DG de Dakar Dem Dikk, n’aurait jamais dû exister
Pas d’Amalgame dans l’Affaire Bethio
Aucune Responsabilité Africaine dans la Traite Transatlantique des Noirs
Rebaptiser le Stade LSS par le nom J.F. Bocandé
Pourquoi l’armée n’interviendrait pas ?