Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

VERS UNE MONNAIE COMMUNE OUEST AFRICAINE

Posté par: Youssou GNINGUE| Mardi 19 septembre, 2017 17:09  | Consulté 4978 fois  |  10 Réactions  |   

Le système monétaire africain est constitué d’une diversité de monnaies avec des zones d’interventions très limitées. Certaines sont d’origine coloniale tandis que d’autres résultent d’un élan de sursaut national animé par une quête de souveraineté. Ces monnaies, souvent inconvertibles, sont malheureusement confinées dans des territoires économiques très réduits. Cette situation décrite n’est pas différente en Afrique de l’Ouest.  En effet, le franc CFA y couvre l’espace économique des pays de l’UEMOA constituée initialement en 1994 par d’anciennes colonies de la France. En 1997, une ancienne colonie portugaise, la Guinée Bissau s’est adjointe au groupe par convenance. Le franc CFA, initialement rattaché au franc français, est actuellement arrimé à l’Euro par le biais d’un taux de change fixe. Les huit pays restants de la CEDEAO (Cap Vert, Gambie, Ghana, Guinée, Libéria, Maroc, Nigéria, Sierra Léone) adoptent diverses monnaies.

Le débat actuel par rapport au franc CFA est mal posé. La stratégie devrait être la mise en place d’une monnaie unique en Afrique de l’Ouest afin d’assurer une cohérence  économique au niveau de la CEDEAO. La démarche n’est pas contre le CFA, mais pour la mise en place d’une monnaie Ouest africaine. Le remplacement du CFA par une monnaie ne règle pas complètement le problème monétaire dans la CEDEAO. D’ailleurs, il y existe une proposition consistant à la mise en place d’une zone monétaire parallèle à celle de l’UEMOA en l’occurrence la zone monétaire de l’Ouest africain (ZMOA). Ces deux zones monétaires de l’UEMOA et de ZMOA devraient converger vers une zone commune partageant une monnaie unique. Pour cette raison, il faudrait encourager cette démarche et veiller à ce qu’elle soit mise en place le plus tôt possible.

Cette démarche positive et constructive faciliterait, en Afrique de l’Ouest, le remplacement de la monnaie CFA,  mais également l’harmonisation de toutes les monnaies de cette communauté. Elle éviterait une confrontation inutile et épouserait une approche coopérative. Elle serait également plus justifiée. En effet, la création de cette monnaie unique  ouvrirait à l’Afrique de l’Ouest une possibilité de politique économique et monétaire avec un meilleur contrôle. Elle augmenterait les échanges internationaux et faciliterait l’intégration monétaire avec une incidence appréciable au niveau des performances économiques des pays membres tout en  induisant un effet accélérateur au niveau des échanges interafricains.

 «Les monnaies nationales africaines, fragmentées dans des espaces monétaires parcellaires, deviennent des contraintes à la libre circulation des biens, des services, des hommes et du capital. Une période de transition est nécessaire pour réussir une harmonisation et une convergence des pratiques et des signes monétaires. Cela aura pour avantage d’améliorer la compétitivité des entreprises africaines, de soutenir une meilleure gouvernance des affaires publiques et d’augmenter le commerce interrégional.» - Dr Yves Ekoué Amaizo

Cette nouvelle monnaie aurait suscité en Afrique de l’Ouest un plus grand flux d’échanges économiques intra-africains avec une réduction de la sollicitation de devises étrangères. Le rapatriement des réserves extérieures placées dans les banques centrales européennes permettant la convertibilité de certaines monnaies serait un important flux financier à prendre en considération. En effet, la communauté économique devrait être soutenue et accompagnée par une monnaie ainsi que de solides institutions financières afin d’assurer un développement harmonieux de son économie. Pour cette raison, le système monétaire ouest-africain devrait évoluer vers une monnaie unique.

En posant le débat sous cet angle, l’issue d’une monnaie commune ouest-africaine devient non seulement une possibilité, mais également une nécessité. Cette nouvelle monnaie commune devrait susciter une démarche similaire dans les autres régions de l’Afrique et à fortiori vers une convergence monétaire unique africaine.

Dr  GNINGUE  Youssou, Chair, Mathematics and Computer Science Dep., Laurentian University,  Canada

 L'auteur  Youssou GNINGUE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (10)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Youssou En Septembre, 2017 (17:33 PM) 0 FansN°:1
Je pense que Kémi Séba a été injustement expulsé du Sénégal. Comme la Justice n’a pas réussi à le condamner, alors il ne devrait pas être expulsé de manière aussi expéditive.
Amiharbi En Septembre, 2017 (20:53 PM) 0 FansN°:2
Le problème du franc cfa c'est le pouvoir qu'à la France.Qui a le pouvoir de tout faire avec cette monnaie qui n'est pas gérée par la banque centrale mais le trésor. IL faut que les chefs d'Etat prennent leur responsabilité car nous ne pouvons pas avoir une souveraineté sans une autonomie monétaire. Nous devons sortir la France de notre monnaie !
Youssou En Septembre, 2017 (03:11 AM)0 FansN°: 2981975
Merci pour votre contribution ! En accord avec votre opinion. La mise en place de la commune devrait permettre de se debarasser du F CFA et de batir une monnaie commune et credible.
Anonyme En Septembre, 2017 (11:24 AM) 0 FansN°:3
D'accort mais tout le Probleme est que pourquoi malgre ttes les declarations de bonne Intention et la connaissance que tout le monde a d'une necessite d'une monnaie unique africaine ou ouest-africaine on Avance pas...La Raison d'etre du CFA est justement d'empecher cette independance monetaire qui couterait cher a la France...qui s'apprivisionne grace au cfa gratuitement en matieres premieres africaines, permet a ses ressortissants de controler les secteurs nevralgiques de ces pays (Banques, Telecom, tourisme, infrastructures...petrole etc.)
Youssou En Septembre, 2017 (12:27 PM)0 FansN°: 2984322
Merci pour votre contribution ! En effet, le seul pays qui a un avantage dans cette opération est la France
Africain En Septembre, 2017 (12:16 PM) 0 FansN°:4
Le bon sens est la chose la mieux partagée au monde. Pensez vous juste un moment que si le FCFA été un boulet économique pour la France, que ses dirigeants continueraient a le conservé depuis plus de 60 ans? Nous avons affaire à des gens avertis, une notre question pourquoi tous les chefs d'états africains qui ont essayé de quitter la zone monétaire, ont étaient assassinés? Maintenant la bonne gouvernance est un autre problème interne à la quelle nous devons aussi lutter pour un espérer sortir de cette misère.
Youssou En Septembre, 2017 (12:23 PM)0 FansN°: 2984318
Vérité indubitable ! Si la France avait essuyé une quelconque perte dans cette opération, elle l’aurait arrêtée ou corrigée. D’ailleurs, le parapluie n’a jamais fonctionné.
AnonymeRoy En Octobre, 2017 (21:41 PM)0 FansN°: 2993947
Une fois mis en place de la nouvelle monnaie commune, mon avoir de 1.000cfaserat-il, compte tenu de la parité, sera-t-il + ou moins où la même chose?
AnonymesRoyd En Octobre, 2017 (21:33 PM) 0 FansN°:5
Si vous avez 1.000 fracs cfa au lendemain de la création d’une nouvelle monnaie commune, mon avoir sera-t-il - ou + ou égal? Merci.
Youssou En Octobre, 2017 (16:59 PM)0 FansN°: 2996355
Le processus doit etre graduel et non brusque. Vos 1.000 fracs cfa devrait échangé initialement a une valeur de meme pouvoir d'achat.

Progressivement, les gains résultant de cette création de la nouvelle monnaie commune devrait insufler de meilleurs économies et meilleurs salaires.

Ajouter un commentaire

 
 
Youssou GNINGUE
Blog crée le 19/03/2012 Visité 702804 fois 131 Articles 7711 Commentaires 58 Abonnés

Posts recents
LA VRAIE QUESTION
VERS UNE MONNAIE COMMUNE OUEST AFRICAINE
ALIOU SALL, EN YAKH ET EN YAPP
Belle leçon de Respect et de Sportivité
ET SI WADE SAVAIT
Commentaires recents
Les plus populaires
Salvy, DG de Dakar Dem Dikk, n’aurait jamais dû exister
Pas d’Amalgame dans l’Affaire Bethio
Aucune Responsabilité Africaine dans la Traite Transatlantique des Noirs
Rebaptiser le Stade LSS par le nom J.F. Bocandé
Pourquoi l’armée n’interviendrait pas ?